Comment aider bébé à faire ses nuits ?

Faire dormir paisiblement un bébé la nuit n’est pas toujours facile. En effet, votre enfant n’a pas véritablement la notion du temps et ne peut donc pas faire la différence entre le jour et la nuit.

Ainsi, il peut se réveiller entre 8 et 10 fois la nuit tout en pleurs.

Ces réveils intempestifs vous épuisent et vous vous demandez quand votre bébé arrivera à faire passer une nuit paisible. Il est vrai qu’il n’existe pas un mode d’emploi idéal, mais vous pouvez tout de même adopter des astuces simples pour que votre bébé passe d’agréables nuits.

Les repères temporels

bebe qui dort
bebe qui dort

Afin d’aider votre bébé à faire ses nuits, votre bébé doit pouvoir faire la déférence entre le jour et la nuit. Les bébés se réveillent lorsqu’ils éprouvent le besoin de manger, et ce, à n’importe quel moment. En réalité, certains bébés sont capables de vite comprendre cette différence, mais d’autres auront besoin de plus de temps pour y arriver. Il vous reviendra d’aider votre adorable bébé à travers la routine. En fait, vous devez lui apprendre que le jour est caractérisé par la lumière et le bruit. De même, la nuit est associée à l’obscurité et aux chuchotements si vous l’allaitez.

Si votre bébé dort en journée, vous n’avez pas besoin d’exiger le silence absolu dans toute la maison. Ces petits bruits permettront en effet à votre petit de se repérer. Encore, plus intéressant, n’hésitez pas à mettre en marche une machine alors qu’il est en train de faire sa sieste.

Les « microréveils » ne sont pas à négliger

microréveils
microréveils

Juste après le premier mois, votre enfant changera désormais sa manière de dormir. Il allongera ainsi la durée de son sommeil pendant la nuit et est capable de faire 6 heures de sommeil sans interruption. Selon les spécialistes, le bébé aurait besoin de 3 à 6 mois pour avoir ses propres rythmes de sommeil et pouvoir dormir pendant une durée de 8 à 9 heures la nuit.

Dès ce moment, son sommeil devient plus calme et lent contrairement au sommeil agité auquel il était habitué. En début de nuit, il effectue un sommeil lent récupérateur et long, mais en fin de nuit, celui-ci devient plus léger et paradoxal. Après toutes les 2 heures environ, votre bébé fera des microréveils de 1 à 10 minutes au cours desquels il grognera, ou pleurera avant de s’assoupir. Vous ne devriez pas intervenir, car il peut s’habituer à vous faire appel à chaque fois au lieu de continuer son sommeil.

Optez pour de bons rituels

bons rituels
bons rituels

Sachez qu’il est important d’offrir des rituels à votre bébé en début de nuit afin de le rassurer et de lui montrer qu’il est l’heure de dormir. Vous devez alors créer vos propres rituels en veillant à ce que votre bébé les apprécie. Pensez peut-être à une histoire sous une voix douce, une berceuse, des câlins, etc.
Mais attention, vous devez éviter de faire des rituels assez contraignants.

Par exemple si vous habituez votre bébé à dormir dans vos bras, il sentira très souvent le besoin de vous voir entre ses micros réveils. Il en est de même si votre rituel est de toujours lui caresser les cheveux avant qu’il ne s’endorme. Il pourrait vous réclamer au milieu de la nuit.

Les signaux à prendre en compte

Il faudra que vos rituels soient effectués au bon moment. Pour bien faire dormir votre enfant, il est crucial de comprendre ses signes de fatigue, car ceux-ci annoncent le besoin de sommeil. Parmi ces signes auxquels il faudra faire attention, il y a par exemple :

  • le fait que votre bébé se frotte les yeux
  • le fait qu’il se mette à bâiller
  • le fait qu’il se mette à pleurer pour rien du tout, etc.

Si vous constatez ces signes, sachez que son heure de sommeil vient de sonner. À cette étape, il lui sera difficile de résister et il fermera les yeux plus facilement qu’autrefois.

La tendresse et la régularité dans les règles de coucher

tendresse et la régularite
tendresse et la régularite

Il n’y a de recette particulière pour offrir à votre bébé des moments de tendresse. Optez pour des câlins, des massages, des bains avant le coucher ou autres, pourvu que cela lui plaise afin qu’il s’endorme facilement. Le plus important ici est le degré de votre implication et la qualité de ces moments de tendresse. Vous devrez également opter pour la régularité dans les règles de coucher de votre bébé.

Vous devez coucher votre enfant sur le dos plutôt que sur le ventre. Le contraire pourrait avoir de lourdes conséquences et peut même entraîner sa mort. Veillez à ce que la température de sa chambre soit de 19 °C environ. Le lit de votre bébé doit être bien dépouillé et sans couette ni oreiller. Évitez également de meubler son lit de l’amas de peluches, mais plutôt d’un doudou.

Évitez que votre bébé pleure fréquemment dans vos bras

Évitez d’apprendre de mauvaises habitudes à votre enfant. S’il commence à pleurer alors que vous venez à peine de le coucher, n’intervenez surtout pas rapidement. Observez-le quelques instants en espérant qu’il s’endorme seul. Au cas où les pleurs continueront au même rythme, vérifiez si ce n’est pas un petit gène. Si c’est le cas, dites-lui à plusieurs reprises que c’est le moment de dormir tout en le rassurant.

Si la stratégie échoue de nouveau, rendez-lui de brèves visites pour qu’il ressente votre présence sans essayer de le prendre dans vos mains. Vous le mettrez alors en confiance et il finira sûrement par fermer les yeux même si cela peut parfois prendre du temps.

Ne décalez pas l’heure de coucher

décalez pas l’heure de coucher
décalez pas l’heure de coucher

Afin de s’offrir son propre rythme, votre bébé a fait de gros efforts durant des semaines. Il n’est pas question que vous essayiez de le modifier. S’il se réveille à 6 heures du matin en vous réclamant, sachez que son horloge fonctionne ainsi. Au cas où vous le coucheriez plus tard que d’habitude, il se mettra en éveil à la même heure, mais plus épuisé, car il lui manque un cycle de sommeil.

Autres astuces

Selon certaines personnes, mettre de la farine dans le biberon de votre bébé favorisera un sommeil rapide. Mais sachez que cette technique ne vous aidera vraiment pas. D’abord, le nourrisson risque de prendre du poids. De plus, il n’est pas conseillé d’ajouter de la farine dans l’alimentation du bébé dès les premiers mois.
Votre pédiatre peut vous recommander des plantes comme des fleurs d’oranger ou de la camomille.

En conclusion, il faut retenir qu’il vous faudra de la patience et beaucoup d’amour pour réussir à faire dormir paisiblement votre bébé pendant la nuit. Vous avez-là de nombreuses astuces que vous pouvez adopter. Il importe également de tenir compte des habitudes de votre bébé pour lui trouver le rythme qui convient. Si vous avez besoin de conseils plus avisés, vous pouvez demander assistance de votre pédiatre ou de votre spécialiste.

Une veilleuse avec un projecteur

Certains parents se dirigent dans la chambre de l’enfant dès qu’ils entendent un seul bruit. Le bébé aura donc pris l’habitude, car il comprend rapidement que son alerte peut être positive. Si vous souhaitez qu’il fasse ses nuits, vous ne devez pas le déranger, il est alors préférable de le calmer à distance avec un Babyphone par exemple. Si ce dernier est équipé d’une caméra, vous pouvez même le surveiller sans pénétrer dans la chambre.

  • Lorsque le bébé se réveille, la veilleuse peut détecter les pleurs ou les mouvements, une douce musique est alors déclenchée.
  • Il peut ainsi se rendormir beaucoup plus facilement sans que les parents soient contraints d’intervenir.
  • Il y a des veilleuses qui sont équipées d’un projecteur, elles sont efficaces, car vous aurez une nuit étoilée au plafond.
  • Cela évite à l’enfant de pleurer ou de hurler puisqu’il est bercé par la musique et attiré par les étoiles.

Lors des premières semaines, il est difficile de ne pas pénétrer dans la chambre de l’enfant notamment pour la maman qui possède un lien très fort. Il faut alors apprendre à se détacher un peu plus tous les jours tout en étant présent à ses côtés.

Ne succombez pas aux appels intempestifs

Les nuits sont souvent les plus difficiles pour les parents, car ils ne peuvent pas se reposer notamment lorsque les crises de larmes sont conséquentes. Si aucune raison n’est identifiée, vous devez forcément vous attarder sur les progrès de votre enfant. Il commence à grandir, il peut alors développer certaines peurs notamment celle de la séparation ou les terreurs nocturnes, voire le noir.

  • Les parents qui veulent absolument dormir auront tendance à succomber à tous les appels pour que ces pleurs cessent au plus vite.
  • Malheureusement, l’enfant va rapidement comprendre que ses pleurs entraînent la venue de papa et de maman dans la chambre.
  • Il arrêtera de pleurer dès qu’il pourra vous voir et continuera si vous décidez de quitter les lieux.
  • C’est pour cette raison qu’il ne faut pas intervenir dès les premiers pleurs, cela est assez complexe, mais les retours seront nettement plus positifs.
  • Il faut également se séparer de votre enfant très rapidement dès les premières semaines.
  • Certains parents décident de garder le bébé au cours de la première année dans leur propre chambre.

Ils comprennent rapidement leur erreur puisque l’enfant se sera habitué à ce contact et il ne voudra pas se retrouver seul dans sa chambre. Malheureusement, il n’existe pas un manuel pour offrir une éducation parfaite. Tous les enfants sont différents et les réactions ne sont pas identiques d’un foyer à un autre. Pour éviter une dépression ou un burn out, n’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage ou à un professionnel.