Comment devenir famille d’accueil pour bébé ?

Dans la société, les enfants ont une place particulière. Leur présence égaie le foyer. Il arrive, cependant, qu’ils soient isolés de leurs parents après une décision de justice.

Les assistants familiaux interviennent alors pour recueillir ces enfants et leur offrir l’épanouissement qui leur est dû.

Devenir une famille d’accueil pour un nourrisson reste, toutefois, une tâche ardue. Elle implique une grande implication ainsi que des qualités humaines avérées.

Cette situation est surtout régie par la loi. Découvrez ici, les conditions à remplir pour devenir assistant familial.

Les dispositions légales relatives aux assistants familiaux

famille accueil bebe
famille accueil bebe

Aux termes du décret n° 2006-627 en date du 29 mai 2006, l’accueil d’un enfant nécessite une autorisation. Elle prend la forme d’un agrément assorti d’une formation diplômante. Les modalités d’accueil prévues par la loi sont de plusieurs ordres :

  • la réception d’urgence pour une courte période d’accueil
  • l’autorisation d’accueil pour 3 à 6 mois
  • l’autorisation pour un enfant entre 12 et 21 ans d’âge
  • l’autorisation pour une adolescente avec un enfant.

Pour devenir un assistant familial, il faudra entreprendre les démarches auprès d’un employeur potentiel. Une demande à l’attention du Président du Conseil Départemental permettra d’instruire le dossier. Les employeurs visés sont les services sociaux et les établissements médicaux.

Au demeurant, il faudra comprendre les implications de l’assistance familiale. Elles ne se résument pas à recevoir dans son foyer un ou plusieurs enfants. Il s’agira d’assurer l’équilibre de ces derniers de même que l’harmonie au sein de sa propre famille.

L’autorisation pour l’assistance familiale

autorisation pour l’assistance familiale
autorisation pour l’assistance familiale

L’obtention d’un agrément d’assistant familial commence par la constitution d’un dossier de candidature. Le Cerfa n° 13395*02 est le formulaire qu’il faudra renseigner. Le postulant devra également fournir un certificat médical. Une copie du casier judiciaire des membres adultes de sa famille est requise.

L’instruction relative à la requête se poursuit pendant 4 mois. La procédure est amorcée par une réunion générale pour la collecte d’informations. L’examen psychologique et social qui s’en suit est du ressort de trois organismes :

  • les services sociaux mandatés par le Conseil Général,
  • l’Aide Sociale pour l’enfance,
  • la Protection maternelle et infantile.

Dans le cadre de l’enquête, le postulant recevra les visites d’agents affiliés aux services compétents. Il aura également droit à une entrevue avec un psychologue. L’objectif de l’examen est de tester la capacité d’implication du candidat. La maîtrise du français et l’état du logement sont aussi évalués. Pour comprendre l’atmosphère familiale du postulant, les enquêteurs se penchent sur son style de vie et sa sociabilité.

Le délai d’attente pour l’autorisation

Après un examen de 4 mois, le candidat est en droit d’attendre une décision. Ce délai court à compter de la date de dépôt du dossier. La période d’attente peut être prolongée de 2 mois par le président du Conseil Général. En l’absence d’une réponse dans les délais prévus, l’agrément est présumé.

L’agrément d’assistance familiale est effectif pour une période de 5 ans renouvelable. Il confère un droit d’accueil sur l’ensemble du territoire national. L’autorisation indique la limite d’enfants à recueillir et la durée légale de l’accueil.

Un refus de l’agrément doit être assorti d’une justification claire. En cas de désaccord, le candidat peut contester le verdict à travers un courrier.

L’accueil du bébé n’est possible qu’après un stage de 60 heures. Une formation ultérieure de 240 heures est également prévue comme complément. Elle se conclut par un diplôme d’État pour l’assistant familial encore appelé DEAF.

Le DEAF n’est pas indispensable pour être assistant familial. Il permet, toutefois, un renouvellement systématique de l’autorisation, au terme de la période de validité.

L’épanouissement des bébés dans la famille d’accueil

épanouissement des bébés
épanouissement des bébés

Une fois les formalités remplies, le nouvel assistant familial est investi de ses fonctions. Il pourra compter sur l’aide précieuse des travailleurs sociaux dans l’exercice de ses fonctions. Lorsque son cadre familial ne correspond pas à un bébé, l’assistant peut solliciter une redirection. L’enfant sera alors redirigé vers un foyer plus convenable.

Le rôle de l’assistant se résume à offrir l’amour et la sécurité indispensable à tout enfant. Le bébé devra grandir dans un cadre agréable. La plupart des enfants mis en accueil ont un passif douloureux. Le processus d’accueil devra constituer une thérapie pour eux. L’assistant devra faire le nécessaire pour rendre à ces enfants un mode de vie décent.

Le contact avec les parents biologiques de l’enfant recueilli

Les liens du sang sont très forts. Conscient de cette réalité, l’assistant familial devra faire l’impasse sur le vécu des enfants qu’il accueille. Dans le cas d’un bébé, la situation est encore plus délicate. Le rôle de suppléant devient encore plus important.

L’autorité parentale des parents biologiques n’est pas rompue. Les décisions importantes concernant l’enfant recueilli nécessitent l’aval des parents biologiques. Tout au long de la période de garde, l’assistant devra entretenir une saine relation avec ces derniers. Qu’il s’agisse d’une consultation médicale ou d’un départ en vacances, les deux parties seront en discussion permanente. Cette situation est nécessaire quoique difficile à gérer.

L’harmonisation du foyer avec l’accueil du bébé

harmonisation du foyer
harmonisation du foyer

Recevoir un bébé dans sa résidence est une chose. Devoir passer 5 ans en sa présence en est une autre. Dans les faits, c’est l’équilibre entier du foyer qui est remis en cause. Il faudra traiter le nouveau venu de la même façon que ses propres enfants. Un traitement de faveur serait de mauvaise facture. Une limite sera toutefois établie. En effet, les termes maman et papa ne devront pas s’appliquer à la famille d’accueil. Il est donc indispensable de trouver le juste milieu pour éviter toutes tensions internes.

Une équipe d’assistance est chargée d’intervenir pour tout problème. Les psychologues mandatés ainsi que le tuteur de l’assistant pourront apporter un soutien effectif. Les réunions de famille d’accueil sont également des creusets d’échanges prévues à cet effet.

On s’attache forcément à l’enfant que l’on a côtoyé pendant un certain temps. Cependant, le système d’accueil est temporaire. Les séparations sont donc fréquentes. Devenir une famille d’accueil, c’est également apprendre à se séparer en douceur.

La rémunération d’un assistant familial

La rémunération d’un assistant familial dépend du nombre d’enfants recueillis et de la période d’accueil. Le salaire brut est indexé au SMIC. Il fait l’objet d’une ponction pour les contributions sociales. Il est assorti de certaines majorations et indemnités, conformément aux dispositions en vigueur.

Du reste, une subvention destinée au bébé est versée à l’assistant familial. Le montant ainsi que les modalités de versement sont définis par le Conseil Général compétent.

Devenir famille d’accueil, c’est parfois difficile à vivre

Certains pensent qu’il suffit d’accueillir un ou plusieurs enfants pour que tout se passe bien, mais ce n’est pas toujours le cas. Il ne faut pas hésiter à se renseigner massivement auprès des personnes concernées, et même des familles. Lorsque vous devez accueillir des enfants d’un certain âge, il y a déjà un vécu plus ou moins difficile et il faudra alors apprendre à le gérer pour que tout se passe bien.

  • La famille d’accueil peut aussi se retrouver avec un bébé, mais il faut partir du principe que ce n’est pas le vôtre.
  • L’attachement est souvent très fort entre les enfants et les parents qui effectuent l’accueil pour une période plus ou moins court.
  • Lorsque la justice le décide, la séparation peut avoir lieu et il faut donc se détacher, ce qui peut être très douloureux.
  • Certaines personnes ne sont pas forcément préparées à cette éventualité alors qu’elle demande de nombreux renseignements.

Si vous souhaitez vous lancer dans ce domaine afin d’apporter de l’amour à des enfants qui connaissent parfois des difficultés, vous devez jongler avec le pour, mais également le contre. Il est indispensable de se renseigner sur les erreurs qu’il ne faut pas commettre, cela vous évite de perdre du temps ou encore de créer des tensions notamment avec les plus grands. Généralement, votre quotidien sera étudié sous toutes les coutures pour savoir si vous êtes apte ou non à accueillir un bébé ou un enfant en bas âge.

Il est aussi possible de devenir une famille d’accueil pour de jeunes adultes qui se retrouvent dans une situation difficile notamment à cause d’un handicap. C’est encore un autre univers qui a des avantages et des inconvénients qu’il faut clairement connaître avec précision pour ne pas se tromper de voie. De ce fait, il peut être difficile de se retrouver face à une personne qui a des troubles psychotiques par exemple. Dans tous les cas, ce sont des expériences souvent très enrichissantes et ces personnes demandent seulement de l’amour et de l’attention, voire des soins plus ou moins lourds lorsque cela est nécessaire.