Comment favoriser le sommeil des enfants ?

Lorsque vient le moment de se coucher le soir, rare sont les enfants qui se laissent faire. Pourtant, le sommeil constitue l’un des facteurs les plus importants pour la croissance de votre enfant. C’est la raison pour laquelle nous vous proposons ici, cette petite liste des habitudes à mettre en place pour que le moment du coucher soit plus paisible.

Avoir une bonne habitude alimentaire

Vers quelle heure avez-vous habitué votre enfant à prendre son dîner ? Il est important que vous sachiez que le repas pris à une heure tardive peut avoir un impact sur l’endormissement de votre enfant. Pour éviter cette situation, le mieux est encore de le faire manger tôt. Dans l’idéal, les alentours de 19 heures devraient être l’heure à laquelle vous devez faire dîner votre enfant.

Il faudra également que vous fassiez attention à ce que vous lui faites manger. Certains plats notamment les fritures ou encore les sauces doivent être proscrits le soir. De même, si vous voulez éviter que votre bout de chou ait un sommeil agité, vous ne devez pas lui donner le soir, des pâtisseries ou autres.

Le soda est par ailleurs, un autre piège dans lequel vous ne devez pas tomber. À certaines occasions comme les repas familiaux ou les anniversaires par exemple, vous aurez du mal à priver votre enfant de cette boisson. Ce que vous devez donc faire dans ces cas-là, c’est de veiller à ce qu’il ne prenne que des sodas sans caféine.

Aider l’enfant à se relaxer

Quoi de plus relaxant qu’un bon bain avant le coucher ? Cela pourrait être une bonne habitude à instaurer pour éviter les crises de larmes lorsque vient le moment de se coucher.

Pour que votre enfant soit le plus possible détendu, la température de l’eau ne doit pas être très éloignée de celle du corps. Une eau chauffée à 37 °C serait donc parfaite pour ce moment que vous pourriez rendre plus relaxant en y ajoutant quelques gouttes de bain moussant. Ne choisissez qu’un produit qui contribuerait réellement à détendre votre trésor comme le bain moussant à la fleur d’oranger par exemple. Il diminue l’anxiété et facilite l’entrée dans le sommeil.

Vous pourriez aussi, pourquoi pas, détendre l’atmosphère avec une belle musique douce. Certaines tisanes sont en outre, très efficaces dans le processus d’entrée dans le sommeil. Il s’agit notamment de celles à base de tilleul, de camomille ou encore de lavande.

Proscrire l’usage des appareils électroniques

Il est très tentant lorsque l’enfant se met à faire une crise de larmes, de lui allumer son dessin animé préféré sur la tablette. Il s’agit toutefois là, d’une habitude qui est très peu conseillée. En effet, ces appareils électroniques n’auront que pour seul effet, d’exciter encore plus votre enfant.

Il serait donc judicieux de lui en interdire l’accès après le dîner. Nous parlons ici bien évidemment des tablettes et des smartphones, mais également de la télévision. Ce qui pourrait favoriser le sommeil de votre enfant, ce sont plutôt des jeux calmes ou encore la lecture.

Instaurer des rituels pour le coucher

Il y a des habitudes simples que vous pourriez instaurer et qui ferait comprendre à votre enfant que le moment de se mettre au lit est arrivé. Ces gestes, dont on parle ici, sont propres à chacun. L’essentiel, c’est qu’il s’agisse de gestes qui puissent calmer et détendre votre enfant.

Vous pourriez par exemple, choisir de lui lire une histoire ou encore de lui chanter une berceuse. Si vous n’êtes pas à l’aise avec tout ceci, vous pouvez simplement le prendre dans vos bras pour un gros câlin. C’est à vous de voir ce qui serait bien pour vous. L’important, c’est d’aider votre chérubin à tomber rapidement dans les bras de Morphée.

Il est important que ce rituel se fasse à heures précises tous les soirs. Ce n’est que de cette manière que votre enfant peut prendre ses repères et comprendre que l’heure est venue de se mettre au lit.

Rester zen

Vous n’aiderez en rien votre enfant si vous êtes vous-même angoissé par le moment du coucher à cause des éventuelles crises qui pourraient survenir. Vous ne ferez que lui communiquer votre stress. Ce qui ne l’aidera pas vraiment à s’endormir.

Vous devez également comprendre que c’est de façon progressive que votre enfant trouvera le sommeil. Il ne sert donc à rien de vous énerver parce qu’il n’est pas entré dans un sommeil de plomb tout de suite que vous lui avez dit de le faire.