Comment réussir l’allaitement de son bébé ?

Les bienfaits du lait maternel pour le nouveau-né ainsi que pour sa maman sont légion. Ce geste simple de la vie, en plus de tisser des liens entre mère et enfant, est salvateur par ses apports au bébé. Encore faut-il savoir comment s’y prendre pour le bien des principaux concernés. Retour sur un processus très important.

L’allaitement maternel : un geste simple, mais important

Nourrir son enfant au sein le rend plus fort et plus résistant aux infections. C’est un moyen qui permet de placer le bébé, dépourvu de système de défense immunitaire, sous la protection de celui de sa mère. Cela lui évite d’être vulnérable aux infections, à l'otite et à la gastro-entérite entre autres.

Sur un tout autre plan, le lait maternel reste à ce jour le meilleur aliment pour le bébé. Il facilite la digestion grâce à son taux élevé de lactose, sa faible concentration protéique et sa basse teneur en phosphore. Le lait maternel, en plus d’être une protection naturelle contre les allergies, dispense les bébés du risque de développer une obésité pendant l’enfance et l’adolescence.

Allaitement maternel : comment s’y prendre ?

Pour créer des liens affectifs forts entre mère et enfant, l’allaitement maternel doit commencer aussitôt après la naissance. Le contact entre la peau de la mère et la peau de son nourrisson doit être créé et maintenu jusqu’à un allaitement réussi. Pour le reste, il suffit de suivre ses quelques conseils :

  • Il faut guetter constamment les signes de faim du bébé notamment quand il fouine, se lèche les lèvres ou porte ses mains à sa bouche.
  • Il convient d’être attentif aux pleurs qui vous alerteront en dernier ressort
  • Il faut toujours adopter une position confortable avant de commencer à allaiter. La mère peut ainsi se coucher ou s’allonger en s’aidant de coussins au besoin.
  • Il faut porter le sein à la bouche du bébé tout en étant détendue et sans pression au niveau des épaules
  • Il convient de tenir le bébé contre soi. Son ventre doit être totalement collé à sa mère et son nez doit être maintenu contre le mamelon.
  • Le menton de l’enfant doit être contre le sein et ses fesses doivent être au contact du corps de la maman. Le cou et les épaules du bébé sont fermement soutenus sans pour autant pousser l’arrière de sa tête.

Une fois ces précautions de base respectées, il convient de faciliter l’allaitement du nourrisson :

  • Placez 4 doigts en dehors de l’aréole (zone foncée) pour soutenir le sein. Le pouce est maintenu au-dessus pour exercer une première pression afin de sortir quelques gouttes éveillant ainsi le sens du goût et de l’odorat chez le bébé.
  • Si le bébé ne réagit pas de suite, laissez son menton contre le sein et son nez contre le mamelon jusqu’à ce qu’il ouvre suffisamment la bouche. Au besoin, caressez-lui légèrement les lèvres.
  • Dès que le bébé sentira le mamelon sur sa langue, il refermera ses lèvres pour mieux exercer une pression afin d’aspirer le lait maternel avec de petites pauses
  • Quand le bébé aura finalement lâché le sein, faites-lui faire un rot avant de lui présenter l’autre sein. Parfois, le temps de changer sa couche servira de pause pour la relève du sein.
  • À la prochaine tétée, il faut commencer par le sein qui n’avait pas servi en premier lieu lors de la tétée précédente.
  • Pour retirer le sein de la bouche du bébé, placez légèrement un doigt au coin de la bouche jusqu’à ce qu’il relâche lui-même la pression et ouvre grandement la bouche.

Une fois la bonne méthode connue, il convient de présenter les comportements à bannir.

Allaitement maternel : ce qu’il faut éviter de faire

Certains aliments comme le soja ou des poissons (le brochet, l’espadon, le caviar ou le foie de poisson) sont à proscrire au cours de la période d’allaitement. Il est fortement conseillé de ralentir la consommation d’autres mets. La logique qui sous-tend cette interdiction s’explique par l’altération de goût provoquée. Le lait qui devient désagréable pour le bébé.

Il s’agit entre autres des choux, brocolis, asperges, artichauts, ail cru, oignon cru, légumes amers ou épices à saveur très forte. Il en est de même pour les fruits de mer susceptibles de provoquer des allergies chez le bébé. Certains régimes alimentaires sont à proscrire également. Il s’agit des régimes alimentaires qui excluent les glucides, les produits d’origine animale et ceux dits hypocaloriques.

Du reste, il va de soi que l’alcool, les cigarettes et les stupéfiants sont à ranger dans la zone rouge des produits non envisageables pour la maman qui allaite.